Traduction de l’interview « Actress Roundtable »

Je reposte l’interview de Jennifer pour le magazine The Hollywood Reporter dans une autre news pour plus de clarté. La traduction proposée assemble ce qui est dit dans la vidéo et la transcription proposée ici.

Les récents titres sur Hollywood ont tous été sur le harcèlement. Certains pendant que l’industrie ne sera plus jamais la même.

Jennifer: La raison pour laquelle il y a tant d’intérêt pour le monde du divertissement est parce que ces personnes sont célèbres. Cela ne veut pas dire qu’il y a moins d’abus sexuels ailleurs dans le monde et dans les autres lieux de travail. Mais, heureusement, nous commençons à en parler maintenant.

Mais, pensez-vous que la culture de l’influence du pouvoir et la culture de l’abus vont changer ?

Jennifer: J’espère enfin. Je pense que ça prendra du temps. C’est ancré profondément, malheureusement. C’est une sorte de preuve de la masculinité en quelques sortes. Jusqu’à ce qu’on soit tous égaux, comment on peut espérer être respecté au moins verbalement.
Parfois, ça m’est déjà arrivé, je prends enfin la décision de me défendre, et après je suis allée aux toilettes au travail et l’un des producteurs m’a interpellée pour me dire « Tu sais, on peut t’entendre avec le micro, tu as été très irrespectueuse ». Ce qui n’était pas vrai, mais mon boulot était menacé parce que le réalisateur m’avait dit quelque chose d’incorrect et parce que j’avais répondu « C’est anormal » et qu’il ne pouvait pas me parler comme ça, et j’ai eu peur que personne ne m’embauche après ça.

Emma Stone: Oui, tu étais « difficile ».

Jennifer: Oui, j’étais difficile et un cauchemar. Je pense que beaucoup de personnes ne parlent pas parce qu’elles ont peur de ne jamais travailler après. On doit pouvoir dire « C’est n’est pas correct » et avoir quelqu’un en face qui fait quelque chose pour changer au lieu de dire « Oh, ce n’est pas correct ? Bien, tu es viré. » Ça doit changer.

Jennifer, quand tu fais un film comme mother! et que tu sais qu’il va être controversé, est-ce qu’il y a une conversation à ce sujet pendant le processus ?

Jennifer: A chaque fois qu’on fait un film, on espère que les gens l’aimeront. C’est la première fois que j’ai fait un film en sachant que tout le monde ne pouvait pas l’apprécier. Je veux dire, certains le détestent!
On en rigolait, mais personne n’avait de doute sur ce que nous faisions. On a passé trois mois dans un entrepôt à Brooklyn à parler des thèmes du film. Quand nous avons commencé le tournage, on avait une grande assurance, et quand le film est sorti, on a eu un F par CinemaScore, ou 63% sur Rotten Tomatoes, et personne n’était vraiment surpris. On était juste « Oui, on le savait quand on tournait ».

Je n’ai jamais joué un personnage si différent de moi-même. C’était très irritant, je ne faisais que dire « Pourquoi elle serait d’accord avec ça et pourquoi est-ce qu’elle dirait ça ? » C’est juste qu’elle n’est pas moi, on ne réagirait pas de la même façon. Je la jugeais beaucoup et la trouvais insupportable. Entre « Action » et « Coupé et quand je me préparais, quand j’étais elle, je comprenais totalement pourquoi elle pensait ainsi. Mais quand j’étais moi, je me disais « Quelle idiote! ».

Je n’ai pas souvent raison, je n’ai pas d’instincts. J’y vais juste aveuglément, et quand je suis là, « Eh bien, qui sait ? ». Je ne suis pas douée du tout pour savoir si un film sera bien ou pas.

Même après que tu aies vu le film terminé ?

Jennifer: Oh, oui. Quand j’ai vu Winter’s Bones, je me suis dit « Je ferais mieux de fermer boutique, personne ne va regarder ça. » On ne sait pas. C’est très difficile parce que la première fois que je regarde quelque chose, je ne fais que voir mon double menton et mon acné, et je suis ballonnée.
Alors la première fois que je vois un de mes films, je… Est-ce que je suis la seule ?

Quel acteur, mort ou vivant, aimeriez-vous rencontrer ou travailler avec ?

Jennifer: Je déteste répondre à ce genre de questions, parce que je dis un acteur et après je pense à plein d’autres quand je pars.
Je dirais Bill Murray. Mais je déteste ces questions, il y en a trop.

Est-ce qu’il y a une ligne d’un de vos films, d’un de vos personnages, que vous adorez ?

Jennifer: « Tu n’es pas un homme digne de confiance. » Ça vient de Happiness Therapy, et à chaque fois que David O. Russell me rend folle, je lui dis.

Et c’est souvent ?

Jennifer: Hier.

[…]

Jennifer: (en réaction à une citation d’Emma Stone) J’ai auditionné pour Easy A. Je voulais tellement le rôle.

Traduction par Camille de Jennifer-Lawrence.Fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *